L’utilité d’une mutuelle



Les mutuelles jouent un rôle central depuis longtemps dans le financement des soins de santé. Ce sont des organismes à but lucratif qui couvrent les dépenses liées à la santé. Elles complètent le remboursement de la Sécurité sociale qui n’est pas souvent suffisant. Les adhérents d’une mutuelle peuvent bénéficier de divers services en contrepartie du versement d’une cotisation mensuelle. Notons qu’une mutuelle ne peut pas refuser l’adhésion d’une personne sous prétexte que son état de santé est grave.

Fonctionnement d’une mutuelle

La mutuelle vient en complément de l’assurance maladie obligatoire proposée par la Sécurité sociale, car cette dernière ne rembourse pas tout. Elle intervient que ce soit en cas d’accident, de maladie ou de maternité. Vous pouvez choisir les options qui vous correspondent mais, régulièrement, une mutuelle peut couvrir intégralement ou partiellement la pharmacie, ainsi que les frais dentaires, de consultations, d’optique et d’hospitalisation. Elle peut couvrir les prestations qui ne sont pas garanties par la Sécurité sociale à l’instar des implants dentaires, des médicaments non remboursables, de l’ostéopathie, de certains vaccins et de certaines interventions comme l’opération de la myopie. Elle dispose souvent aussi de services de prévention associés, de service d’assistance ou de suivi personnalisé. Bref, vous avez le choix d’opter pour la couverture qui vous convient selon vos besoins et vos capacités de paiement.

Une mutuelle de prévoyance

La mutuelle de prévoyance est une mutuelle de protection sociale. Elle ne couvre pas les mêmes risques offerts par la complémentaire santé. Souscrire une mutuelle de prévoyance couvre les risques liés aux aléas de la vie, par exemple un accident, une perte de travail ou un décès. Elle couvre également les risques liés à l’invalidité, l’incapacité et la dépendance. Il y a en général deux types de mutuelle de prévoyance, dont la prévoyance individuelle des assurances et la prévoyance obligatoire de la Sécurité sociale. Les montants de garantie sont calculés sur la base de vos revenus. Ces garanties se déclenchent lorsqu’un aléa couvert par le contrat a lieu. Par exemple, si à la suite d’un accident vous êtes devenu invalide, votre assureur et la Sécurité sociale devront vous verser une pension ou une rente. Si vous êtes en arrêt maladie, vous recevrez une indemnité journalière par la Sécurité sociale et un complément d’indemnité par la prévoyance individuelle. En cas de décès, les ayants droit reçoivent un capital.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *